Devenez membre
:: Accueil  ::  Téléchargement  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  Recherche  ::
Sommaire
· Accueil
· Archives
· Calendrier
· Contacter-nous
· Les sujets du site
· Liens Web
· Mémoire
· Mentions legales
· Questions-de-droit
· Recherche
· Recommandez-nous
· Soumettre un témoignage, un article
· Téléchargements
· Vos réactions, vos questions
· Votre compte
 
Connexion utilisateur
Bienvenue, Anonymous
Surnom/Pseudo
Mot de Passe
(Devenez Membre)
Adhésion:
Dernier: beruthiel
Nouveaux: 0
Nouveaux d'hier: 0
Tous: 1293

Public en ligne:
Visiteurs:
Membres:
Total: 0
 
Qui est en Ligne ?
Il y a pour le moment 0 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
 
Sur les rives du Styx : la fin de vie en débat: Perdre un proche

recherchez dans ce sujet:   
[ Retour à l'accueil | Selectionnez un nouveau sujet ]

la perte de mon père
Perdre un procheAnonymous a écrit : "

Je suis une fille je m’appelle Elina j'ai 13ans il y a 3ans j'ai perdu mon père a cause d'un accident que je vais vous expliquer...c’était dans l’après midi du 15 octobre 2000,chez nous, mon père devait remplacer son pot d’échappement de sa voiture étant une voiture lourde. Mon père disait qu’il pouvait le faire et qu’il n’avait pas besoin de dépenser de l’argent à le faire faire par un garagiste et pourtant il aurait du! On lui dit qu’il devait penser à mettre un parpaing au cas ou le cric qu’il avait mis tomberai mais il n’y a pas pensé. Iil enleva le vieux pot d’échappement revenu à la maison embrassa ma mère me fit un bisou et me dit « je t’aime » Cela ma surpris qu’il me le dise d’un coup comme ça car ce n’était pas ce genre de d’homme.
Il prit le nouveau pot d’échappement se remis sous la voiture et remplaça le pot d’échappement sans problème quand il eut fini, il voulu sortir de la voiture mais mit un coup dans le cric et la voiture tomba sur sa tête. Quelques minutes plus tard ma mère sortit de la maison cria "gilles" qui était le prénom de mon père, elle avança devant la voiture, elle vu ses pieds dépasser de la voiture, elle rentra chez et nous cria, à moi et à ma sœur, "vite appeler la police, le samu, les pompiers, papa est coincé sous la voiture. Je crois qu’il est mort! Ma sœur appela les pompiers la police et le samu en pleurant! Moi j’ai été voir les voisins pour qu’ils viennent nous aider. Ma voisine ayant fait des cours de secourisme maintenu la tête de mon père. Quand mon voisin releva le cric et enleva mon père du dessous de sa voiture elle avait les mains pleines de sang, les policiers sont arrivés ils ont regardaient mon père ne lui ont même pas fait des gestes de premiers secours. Ils ne faisaient rien, attendaient que les secours arrivent! 45 minutes plus tard les pompiers arrivèrent avec le samu. Ils n’étaient pas arrivés avant car ils ont sauvé une vielle dame de 85 ans qui été tombé du trottoir! Est-ce que la vielle dame mérite les secours avant mon père ?
Non elle était vieille et mon père n’avait que 42 ans! Quand les pompiers sont arrivés ma voisine nous a emmené chez elle pour ne pas qu’on voit les pompiers réanimer mon père il n’on pas pu le sauver! Il est mort! J’ai fait une crise chez ma voisine quand le médecin est arrivé pour nous annoncer que mon père été décédé il m’a dit Elina il va falloir être très forte car ton père ne reviendra plus!" J’ai éclaté en sanglots j’ai cassé un vase j’ai pleuré j’ai crié "papa, papa!" Le médecin a proposé à ma mère de me faire une piqûre pour m’endormir. Ma mère a refusé, mes grands-parents sont arrivés ils m’ont emmené avec ma sœur chez eux.
Voila l’histoire. Depuis nous vivons toujours dans la même maison, ma mère, ma sœur et moi Nous ne voulons pas partir car pour nous notre père est toujours avec nous.
Ma famille a réussi à faire le deuil moi non! Si vous pouviez m’aider à comprendre la mort et à l’accepter je vous serai reconnaissante! Merci pour de me joindre ou de m’envoyer vos témoignages ou vos conseils.
La mort de mon père m’a permis de mûrir plus vite que les adolescentes de mon age et de ne pas me prendre la tête pour des broutilles car il y a des choses beaucoup plus grave !

Réponse à Elina
Elina,

J’ai lu avec attention ton témoignage et j’ai bien entendu ta demande d’aide pour comprendre et accepter la mort de ton père. Je sais que c’est une épreuve difficile, et je te trouve courageuse d’en parler ici. Acceptes- tu que ton témoignage et la réponse soient publié sur le site comme article? Merci de me donner ta réponse. L'échange avec d'autres personnes peut aussi t'aider et aider les autres.
Je ne sais pas si ce que je vais te dire dans les lignes qui vont suivre t’aidera et répondra à certaines de tes interrogations car ce sujet interroge tout les humains mais reste un grand mystère. Aujourd’hui les gens n’aiment pas parler de la mort comme si ne jamais prononcer ce mot devait l’éloigner de nous à tout jamais. Pourtant tu l’as vécu dans ton cœur et tu sais bien que la mort est une réalité avec laquelle il faut composer. On ne peut que se plier à sa volonté, personne n’y échappe sans pour autant comprendre pourquoi elle survient à ce moment et pourquoi elle frappe injustement des personnes jeunes alors qu’elle ignore ceux qui se trouvent trop vieux et voudraient en finir. Ce qu’elle est vraiment, personne ne le sait, car cette expérience est unique et le mort ne peut pas en parler puisqu’il n’est plus. Alors on doit vivre avec ce grand mystère, le croiser dans sa vie sans comprendre, souffrir et malgré tout continuer aimer des gens avec le risque de souffrir s’ils meurent. Mais sans amour et sans ce risque, la vie serait-elle la vie ?
Ce qui me semble important c’est de considérer que la mort est la dernière page de la vie. Elle est inséparable de celle-ci. Dès qu’il y a vie, elle porte le germe de la mort. Faut-il en être triste ou terrorisé ? Je ne pense pas car le fait que tout soit provisoire est bien sur douloureux, on voudrait garder nos parents toujours, mais cela donne du prix à tout ce que nous vivons avec eux. Rien ne serait vivant si la mort n’était pas au bout du chemin. C’est sans doute difficile à admettre pour quelqu’un de jeune comme toi, surtout dans une société qui fait semblant de na pas voir la mort, qui la montre partout à telle point qu’on y croit plus ou qui en fait des films pour qu’elle paraisse plus irréelle.
Aujourd’hui, on sait retarder la mort biologique avec des machines mais on ne l’évite pas et chacun d’entre nous doit savoir que la vie est limitée et que c’est ce qui la rend si précieuse, ce qui fait qu’on ne doit pas en faire n’importe quoi. On doit aussi accepter l’idée qu’on ne sait pas quand ça s’arrêtera. Ainsi, il faut vivre avec ce paradoxe : faire des projets sans cesse et en même temps ne pas savoir combien de temps on aura pour les réaliser.
Je pense que ton papa, même ’il n’en parlait pas avec toi, devait savoir tout cela et connaître le prix des moments de bonheur. C’est sans doute ce qui l’a poussé à te dire qu’il t’aimait, pour rien comme ça, parce qu’à ce moment précis, il avait conscience de la fragilité de la vie et du fait qu’il ne faut rien en manquer. Même si cela n’était pas son genre, peut être qu’à d’autres moments et sans que tu y fasses attention parce que la vie à continuer, alors que la elle s’est arrêté a-t-il laisse aussi paraître des choses qui le préoccupaient. Souvent dans la précipitation de la vie ordinaire, on ne fait pas assez attention aux autres, à ce qu’ils tentent de nous faire saisir à demi mots parce qu’ils sont pudiques, parce que la société n’aiment pas qu’on étale ses sentiments, parce qu’il faut toujours avoir l’air fort, courageux etc. Par ailleurs, certaines choses nous semblent un peu bêtes à dire alors on se tait et parfois après il est trop tard et ce silence nous empoisonne la vie.
A propos de la mort, je ne peux pas te dire autre chose que cette banalité être vivant c’est forcément être mortel. C’est un risque qu’on ne choisit même pas de prendre, il nous est imposé.
Peut-être faut-il simplement considéré que chacun d’entre nous a un temps à vivre, une vie pour faire quelque chose et que c’est ce qui compte. Pour ton papa, cela aura été fondé une famille, te donner la vie et d’autres choses que toi tu connais et dont tu peux nourrir ton souvenir pour construire ta propre histoire. Il a eu peu de temps pour le faire, je suis d’accord avec toi mais dans ce domaine, il n’y a ni justice , ni injustice. Il y a juste des histoires différentes et uniques, qui commencent et finissent sans que l’on comprenne pourquoi. C’est pour cela, parce qu’elle est injustifiable, que la mort de ceux que nous aimons nous révolte. La mort nous arrache quelqu’un mais surtout elle coupe le lien qui nous unissait à elle, elle fracasse notre histoire commune et plus jamais ce ne sera comme avant.
Il faut donc apprendre à vivre autrement, sans ce lien qui nous faisait être l’enfant de notre père par exemple pour devenir une personne à part entière qui a une histoire dont le parent perdu fait partie. C’est un travail à faire avant de pouvoir poursuivre son chemin. C’est le deuil et parfois c’est long. En perdant ton papa, tu as perdu un bout de ta vie, ta relation avec lui et tu ne la retrouvera pas. Il faut que tu en construise une autre dans le souvenir. Pour l’instant cette perte te fait une blessure à vif et il faut que tu l’aides à se cicatriser pas à disparaître. Plus tard, tu regarderas la trace, la cicatrice sur ta vie, en te disant que c’est la trace d’un bout de ton histoire, celle qui te fait telle que tu es.
Je pense que pour avancer, tu doit faire encore un bout de chemin pour accepter que ton papa ne soit plus physiquement présent dans ta vie, mais bien présent dans ton souvenir et dans ton histoire de vie. Pour faire ce chemin tu dois pouvoir parler de ta peine sans tricher, sans chercher à la cacher. Peut-être à un psychologue qui peut tout entendre sans juger.
Souvent, surtout en cas de mort brutale, ce qui fait mal, c’est la culpabilité. On se dit qu’on aurait pu mieux faire, être pus gentille ou alors on se reproche de ne pas avoir fait ou dit certaines choses ( par exemple, dit à la personne qui est partie qu’on l’aimait aussi ) et comme il est trop tard, alors on se torture. Le mieux dans ce cas, c’est sans doute d’écrire, comme si la personne pouvait lire par dessus notre épaule ( qui sait, elle le fait peut-être ) et après de brûler la lettre en ce disant que cette fois les choses sont claires.
Tu as le droit d’être en colère et de l’exprimer ( il aurait du faire attention, être plus prudent, aller au garage ) mais pour être en paix et continuer ta vie en aimant d’autres personnes sans avoir peur qu’elles te fassent la même peine, tu dois arriver à lui pardonner cette erreur qui te fait souffrir. J’espère que je ne te choque pas en écrivant cela. Mais je crois que tu lui en veut de t’avoir laisser surtout pour quelque chose d’aussi bête qu’un pot d’échappement.
De la même façon, tu as le droit d’être en colère contre le SAMU, mais je pense que tu devrais peut-être en parler à un médecin qui t’expliquerai pourquoi cette décision a été prise. Si la voiture a vraiment écraser ton papa, même si des machine avait garder son corps en vie cela n’aurait sans doute plus jamais été la même chose entre vous deux et c’est cela que tu dois garder.
Ainsi, pour continuer ta vie tu dois faire vivre son souvenir, le souvenir de ce que vous avez vécu ensemble, les bonnes choses et les moins bonnes et considérer que c’est sur cela que tu construits ta vie aujourd’hui. Même s’il n’est plus là pour te soutenir, le souvenir de ton père, ce qu’il était et son départ prématuré t’ont façonné comme tu es aujourd’hui. Il faut que tu parles, que tu racontes ta peine, tes souvenirs tes attentes
Voilà un morceau de réponse qui n’efface sans doute pas ta peine. Si tu as d’autres questions, si tu veux encore échanger sur ce sujet difficile, je suis à ton écoute.
Bonne chance
Framb "
Transmis par admin le 26 February 2004 à 19:13:14 CET (2653 lecture(s))
(Suite... | Score: 5)
Déclaration à la CNIL n° 851420
PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence.
page générée en 0.09 S

Sur les rives du Styx